Lire du théâtre : Plaisir ou torture?

Résultats de recherche d'images pour « théâtre dessin »

Plusieurs vous diront que lire du théâtre n’est pas agréable. C’est pourtant ainsi que j’ai découvert le genre (il y a bien cent ans de cela), en l’abordant comme un défi. C’en est effectivement un de lire ce qui est destiné à être entendu et vu. Tous nos sens doivent être activés « dans notre tête ». Je vous présente donc deux oeuvres récentes de dramaturges québécois que j’ai lues.

Résultats de recherche d'images pour « bonne retraite Jocelyne »

Hurlevents (Fanny Britt) et Bonne retraite Jocelyne (Fabien Cloutier)

Hurlevents a été créée en janvier 2018.

Personnages dans la vingtaine qui se retrouvent pour un souper. Une prof d’université viendra se joindre à eux (faisant dangereusement monter la moyenne d’âge sur scène…)Tout commence de façon on ne peut plus réaliste avec des discussions de jeunes adultes intellos sur l’amour, l’amitié et la pertinence du franglais (jusque là, ça peut aller…)

Arrive les personnages de « région éloignée » qui eux, n’ont pas la « finesse intellectuelle » des autres convives (première dérape, à mon avis) Après l’arrivée du prof, on commence à glisser de plus en plus dans un univers parallèle poétique ,inspiré de l’oeuvre de Brontë, il va sans dire. (C’est là que je décroche)

critique : je reconnais le talent de l’autrice. j’admire la trame de son oeuvre. l’idée qui sous-tend la pièce est géniale. j’aurais eu davantage envie de poursuivre la découverte des enjeux véhiculés par les personnages secondaires plutôt que de verser dans le drame personnel et oh combien poétique du personnage d’Émilie. l’impression qu’il y a là le matériau pour broder deux intrigues follement intéressantes, mais qui s’annulent au final.

Bonne retraite Jocelyne a été créée en octobre 2018

Party de famille typique : on joue, on s’obstine, on se chicane, on déterre des secrets et on se « pitche de la bouette ». (changement drastique d’univers avec ce qui précède...)

Inégalités, différences et résilience semblent être les principaux éléments traités dans cette pièce à saveur « théâtre d’été ». La discussion autour de « qui a droit de ramasser la marde de singe ou pas » est plutôt comique.

critique : longue introduction où les personnages jouent à un jeu de société. Rafale d’enjeux importants plus ou moins bien exploités ( manque de profondeur des personnages? trop nombreux? pas vraiment attachants?) on lance des questions sans vraiment y répondre. quand on rit, c’est sûr qu’on rit jaune (marque de commerce de Fabien Cloutier, je sais). bouquin refermé avec un malaise certain (ce qui n’est pas rien!)

One Comment Add yours

  1. meela40 dit :

    Le fameux mythe que les gens issus de régions éloignées ont tous un léger retard intellectuel devient assez éreintant…

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.